Boule de neige

01/02/2019

L'homme amoureux parcourt les espaces enneigés, et projette de demander sa bien aimée en mariage.

Ma bien aimée

Je me dirige vers la cime, trouver sagesse et contemplation. Je ne vous perds pas de mes pensées, d'autant que, de votre vallée, au sein de l'action et de la frénésie, votre image me parviendra. Vous apercevoir vous promener me donnera l'enthousiasme de dévaler les hauteurs et d'arriver vers vous comme une boule de neige. Bringuebalant au gré des pierres disposées le long de la descente, je me heurterai, me blesserai, à en prendre le contrôle. Mais, en bout de course, l'énergie poudreuse vous couvrira d'autant de flocons que j'aimerais vous aimer.

En ces moments, vous me manquez tellement que les épaisseurs blanches se détachent, et je viens vous enneiger de mes mots d'amour, comme si vous étiez mon amoureuse sans secret. Alors, c'est toute l'énergie qui se rassemble en une seule boule de neige dans laquelle je m'engouffre pour venir vers vous.

Sur la cime. J'aurai la force pour compter les révolutions de la Terre et accepter les heures perdues, là-haut, je trouverai l'audace qui me fait défaut pour me déclarer devant vous. Là-haut, je reprendrai le rôle du gentilhomme amoureux de la femme à l'ombrelle.

Le cœur ayant ses propres lois, il est quand même possible que de temps en temps, de petites boules de feu se couvrent de neige, jusqu'à venir vous embrasser au creux de la vallée. Mais, il ne s'agira que de brins de comètes, car l'ambition est plus grande que cela. Sur la cime, je verrai le monde, je m'en inspirerai pour vous parler d'amour, même si ce ne sont pas quelques flocons qui risquent de vous faire tomber amoureuse. Mais au moins, certains flocons toucheront votre visage, et s'y endormiront avant de disparaître en eau pure.

J'aimerais vous dire comment les flocons caressent votre visage, mais j'éprouve une certaine retenue. D'hésitation, je me mordille un peu les lèvres à envisager d'explorer l'image, car m'initier à en parler, avec vous pour être féminin, reviendrait à décrire le feu avec une plume trempée dans l'huile.

Je vous propose la prudence devant le projet d'accepter mon amour, sauf à vouloir affronter le souffle venant du haut des montagnes, sauf à vouloir vivre l'expérience d'une avalanche qui vous emporte. Je me contenterai de lancers de boules de neige, ou d'une promenade en luge, celle avec laquelle mon cœur d'enfant glisse sur les manteaux blancs, depuis que votre amour m'a amené vers la cime.