Compter des triple-croches pointées

27/01/2020

Les morceaux élaborés présentent parfois des rythmes difficiles, incluant des triple-croches pointées, des double-croches doublement pointées, ... Faut-il les compter scrupuleusement comme on peut le faire pour des noires ou des croches ?

Nous voici devant un exemple d'écriture :

La première mesure présente un premier groupe de six triple-croches pointées, puis un autre groupe de notes constitué de deux triple-croches pointées suivies de quatre triple-croches. Où se situent les temps ? Peut-on aisément les définir ?

Une triple-croche vaut 1/8 de temps. Une triple-croche pointée vaut 1/8 + 1/16 = 3/16 de temps. Donc, six triple-croches pointées valent 18/16, soit un peu plus qu'un temps. La sixième note commence à 15/16 pour terminer à 18/16. Au final, nous concluons que le deuxième temps de la mesure commence juste après la sixième note. Peut-on compter cette mesure au métronome ? Il ne faut pas l'envisager. Autant, on peut compter des noires, des croches, voire des double-croches, mais on ne peut pas entrer dans un niveau de finesse supérieur à cela.

Que faire ?

Donc, devant ce type de cas, que l'on pourra dans des chansons, dans de musiques de film, mais aussi au sein de morceaux classiques, le pianiste doit trouver une manière d'être dans le bon rythme. Comment pouvons-nous correctement placer le deuxième temps ? A ce niveau de complexité, il n'y a pas d'autre solution que celle qui consiste à développer l'intuition rythmique. Dans son esprit, le pianiste sait que la première note du deuxième groupe commence après le deuxième temps ; et surtout juste après la dernière note du premier groupe. Si bien que son travail préparatoire va consister à jouer les sept premières notes (le premier groupe + la première note du deuxième groupe), en veillant à positionner le battement du métronome juste après l'exécution de la sixième note, et avant celle de la septième note. Par démarche dichotomique, le pianiste va progressivement trouver la bonne vitesse pour exécuter le premier groupe, et va mémoriser la vitesse trouvée.

Avec l'expérience, le pianiste apprend à placer 6 notes, 7 notes, 11 notes, ... de manière régulière, entre deux battements de métronome. Puis, il affine avec la pratique.

Notons que l'ouvrage « Principes Rationnels de la Technique Pianistique » de Cortot, propose des exercices sur ce sujet : Chapitre 1 , Série B , Exercices 1a, 1b, 1c, ...