Que faire avec une partition à 3 portées ?

09/08/2017

Bien des recueils de chansons sont encore écrits sous la forme de partitions contenant 3 portées. La portée du haut est pour le chant, les deux portées du bas sont pour le pianiste. Certes, mais que peut faire le pianiste qui veut réaliser un arrangement pour piano solo ? Comment peut-il transformer une partition à 3 portées en une partition adaptée au piano ?

Il est vrai que bien des recueils de partitions de chansons sont encore élaborés sous cette forme. Certains éditeurs de musique proposent des partitions spécifiques pour piano, avec uniquement deux portées, mais ce n'est pas la majorité. Nous allons regarder quelques exemples de partitions à trois portées :

Exemple 1

Voici quelques mesures d'une partition. Nous observons que les notes situées sur la portée du haut sont parfois reprises dans la portée du milieu :

Dans la mesure 1, les notes de la portée du haut sont reprises dans la portée du milieu, sous une forme quelque peu enrichie. La situation est identique en mesure 2. Par contre, en mesure 3, la situation change un peu, le La de la portée du haut n'est pas repris dans la portée du milieu. Dans ce type de situations, le pianiste peut bien sûr s'appuyer principalement sur les deux portées du bas, et ajouter ici ou là, telle ou telle note appartenant spécifiquement à la mélodie. Ainsi, il peut tout à fait s'arranger d'une écriture comme celle-ci. Bien sûr, rien ne nous permet d'affirmer que l'écriture sera de la même logique tout au long de la chanson. Toujours est-il que certaines partitions sont écrites ainsi, laissant au pianiste, dans les deux portées du bas, suffisamment d'éléments pour réaliser la mélodie et l'accompagnement, en piochant de temps à autre, dans la portée du haut.

Exemple 2

L'exemple présenté ici est bien différent du précédent :

Dès la mesure 1, nous observons qu'il s'agit bien de trois voix différentes. La portée du bas joue une basse, la portée du milieu joue un accompagnement, et la portée du haut joue la mélodie. Considérant l'écart qui peut exister entre les notes de la portée du haut et celles de la portée du milieu, il n'est pas envisageable que le pianiste puisse les additionner au sein d'une même main (la main droite). Alors que faire ? Considérant que la portée du bas joue très peu de notes, il est envisageable de confier à la main gauche le soin de prendre en charge la portée du bas et celle du milieu. La main gauche peut par exemple jouer la basse pour premier temps, la note est alors tenue par la pédale forte, puis la main gauche continue en s'occupant des notes (sauf la première) de la portée du milieu.

Exemple 3

Voici un autre exemple présentant trois voix très différentes :

Ici, entre les trois portées, il n'y a rien de commun, ni les positions, ni les notes, ni le rythme, on ne peut donc pas envisager de confier à l'une des mains le soin de prendre en charge deux portées, pour laisser la troisième à l'autre main. Alors que faire ? Notons que ce type de cas montre la relative inutilité de ces partitions pour le pianiste amateur, sauf à se contenter de jouer uniquement l'accompagnement. Mais s'il veut en faire une pièce pour piano solo, il y a un sérieux travail de création à réaliser, qui ressemble au travail que peut faire un pianiste de bar, qui sait arranger, imaginer et improviser.

Le pianiste expérimenté va lire la partition de la manière suivante : Il lit toutes les notes de toutes les portées, en déduit les tonalités par lesquelles il va passer, puis en déduit tous les accords possibles et motifs techniques qu'il va pouvoir utiliser. Puis il répartit, presque instantanément, l'ensemble de ces notes entre les deux mains, de telle manière à ce qu'elles soient suffisamment équilibrées. Ainsi, la main gauche pourra réaliser des basses, des accords et des formes d'arpèges, pendant que la main droite réalisera des motifs incluant également des accords et autres motifs faisant apparaître les notes de la mélodie.

Malheureusement, ce travail d'arrangement, voire de recomposition, à fortiori lorsqu'il est fait de manière instantanée, nécessite de l'expérience, une connaissance totale des tonalités, des règles harmoniques, et des motifs techniques que l'on peut utiliser entre les deux mains.

Ainsi, autant au sein des deux premiers exemples, il est possible que le pianiste amateur puisse s'en sortir pour exécuter une version piano solo en réalisant un travail de lecture globale puis en répartissant les notes entre les deux mains, autant le troisième exemple présente qui lui sera situation insoluble.